mardi 1 novembre 2011

Analyse du miel urbain d'Amiens (Sainte-Anne) 2011

Miel urbain d'Amiens (Sainte-Anne) 2011

Résumé de l'analyse du miel produit puis récolté le 24 juillet 2011 sur la ruche n° 1 (une seule récolte annuelle), en intra-muros à Amiens quartier Sainte-Anne, confiée au laboratoire du Centre d'Etudes Techniques Apicoles de Moselle (CETAM).

L'analyse demandée est une analyse standard regroupant les critères essentiels permettant de donner une indication précise sur l'appellation et la qualité.

Cette analyse comprend deux critères de qualité (Humidité et HMF) et quatre paramètres complémentaires qui servent à donner une appellation au miel (Conductivité électrique, pH initial, coloration PFUND, analyse pollinique qualitative).

A ces éléments essentiels, il a été demandé, en plus, une analyse du profil des sucres.

Examen physique et sensoriel à l'analyse :

ASPECT : Liquide
COULEUR : ambré clair
ODEUR : Puissance moyenne, végétal
SAVEUR : Assez doux, complexe, végétal, acidulé

Analyse physico-chimique

Humidité : 17,8 %
H.M.F. : 4,0 mg/Kg


Conductivité : 444 microS/cm
pH initial : 4,48
Coloration mm Pfund : 32

Analyse pollinique

Importance culot de centrifugation : Très faible
Signes d'adultération : Pas de signes à l'analyse pollinique
Amidon : 0
Éléments indicateurs de miellat : Spores, asques
Éléments divers : Quelques fibres et particules végétales
Pollens dominants : (>45%) Castanea sativa (Châtaignier) 48%
Pollens d'accompagnement : (>16 et <45%) Ligustrum vulgare (Troëne) 22%
Pollens minoritaires : (>3 et <16%) Tilia sp (Tilleul) 9%, scrofulariacée 7%, lamiacée 3%
Pollens très minoritaires. ou isolés : (<3%) Heracleum sp (Berce), crataegus sp (Aubépine), lavandula sp (Lavande), prunus/pyrus (Fruitiers), cornus sanguinea (cornouiller sanguin), brassicacée, x...


Analyse et profil des sucres

Sucres: (HPLC)

Glucose 31,9%
Fructose 41,6%
Isomaltose 1,4%
Maltose 0,9%
Saccharose 1,8%
Turanose 1,1%
Raffinose 0,1%
Tréhalose : non détecté
Mélézitose : non détecté
Erlose : non détecté
Glucose/Eau : 1,79
Fructose/Glucose : 1,30


Conclusions :

Tous les paramètres contrôlés sont conformes au Décret n° 2003- 587 du 30 juin 2003 pris pour l'application de l'article L. 214- 1 du code de la consommation en ce qui concerne le miel.

Les analyses polliniques et physico-chimiques sont celles d'un miel de fleurs.

Le pollen de châtaignier est toujours sur représenté. La faible conductivité électrique (<500) montre que le châtaignier n'entre pas dans la composition de ce miel.

Pas de signes d'adultération

Appellation proposée : "Miel de fleurs"


Précisions techniques du CETAM
Critères de qualité

Le taux d'humidité :

Valeur légale : < 20 %
Valeur conseillée :
< 18,5% – fort risque de fermentation du miel au-dessus de 18,5% (= miels à Date Limite d'Utilisation Optimale courte)

Le taux d’humidité intervient également dans les phénomènes de cristallisation. C’est avec des taux d’humidité voisins de 17 – 18% que les miels cristallisent le plus rapidement.

Le taux d'H.M.F (Hydroxy Méthyl Furfural) :

Valeur légale : < 40 mg/Kg

≤ 80 mg/Kg pour les miels issus de régions tropicales

Valeur conseillée : < 15 mg/Kg la première année – si > 30 mg/Kg : DLUO courte

L’HMF est un précurseur des « caramels » – c’est un « indice de vieillissement » des miels – AUCUN MIEL NE BONIFIE AVEC L’ÂGE – La production d’HMF est proportionnelle à la température de stockage, aux éventuels traitements thermiques subis par les miels (température, durée) et à leur acidité (plus un miel est acide, plus la production est rapide.

Miels vieillissants rapidement: miels dont le pH est inférieur à 4 (exemple : lavande…)

Miels vieillissants lentement : miel dont le pH est supérieur à 4,5 (exemples : miellats en général, châtaignier, bourdaine…)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire